DATE LIMITE – Lancé il y a six ans, le passage du Droit individualisé à la formation (DIF) vers le Compte personnel de formation (CPF) pourrait mettre les compteurs des heures disponibles à zéro, pour les salariés qui ne feraient pas migrer leurs droits au 31 décembre. Et ils seraient des millions dans ce cas.

Pour une fois, la puissance publique avait pris son temps. En réformant le système français de formation professionnelle, pour passer du Droit individualisé à la formation (DIF) au Compte personnel de formation (CPF), l’administration avait laissé à tous, salariés du privé comme fonctionnaires, un large délai pour faire valoir leurs droits. Si le CPF est en vigueur depuis début 2015, tous les salariés concernés ont eu cinq ans pour migrer leurs heures de DIF vers le CPF, un délai qui arrive à échéance à la fin de cette année 2020.Après le 31 décembre, vos droits non réclamés ne seront donc plus valables… ou presque. Tous les droits transférés à temps le seront à un taux assez avantageux, 15 euros de CPF crédités par heure de DIF déclarée. Au total, les droits non-transférés pourraient atteindre 12 milliards d’euros, qui disparaîtraient au douzième coup de minuit le 31 décembre prochain.

Le ministère pourrait repousser la date butoir

L’affaire n’est pas mince, tant pour les salariés qui pourraient perdre une partie de leurs droits à formation, que pour le ministère du Travail. Ce dernier se retrouve ainsi entre l’arbre et l’écorce… Si les droits inutilisés viendront combler en partie les déficits projetés de la formation professionnelle, difficile politiquement d’assumer avoir fait disparaître des droits acquis par les salariés, malgré le large délai accordé pour faire migrer les droits d’un système sur l’autre.Combien de salariés concernés ? Sur ce point les estimations divergent, de un sur quatre à un sur six selon une étude Ipsos pour le compte du spécialiste des langues Wall Street English, pour un solde perdu estimé entre 1200 et 1800 euros. Pour sortir de l’impasse, le gouvernement pourrait reculer la date butoir, c’est ce qu’a annoncé ce jeudi 22 octobre Elisabeth Borne à La Croix. Une campagne de communication va être relancée pour inciter les salariés à basculer leurs droits, les employeurs aussi seront mobilisés, “pour qu’ils sensibilisent les salariés au sujet“, explique la ministre, qui ne précise pas encore jusqu’à quand la date limitée pourrait être repoussée

Source LCI le 20/10/2020
https://www.lci.fr/emploi/cpf-dif-mon-compte-formation-attention-vous-risquez-de-perdre-vos-heures-de-formation-le-31-decembre-2020-2167711.html